Blog

Loi sur la pénalisation des clients en France


16 avril 2016 Facebook Twitter LinkedIn Google+ Actualité,lapine.ch,Prostitution



Comme attendu, la loi sur la pénalisation des clients a été acceptée en France par l’assemblée nationale le 6 avril, dans un hémicycle quasiment vide. Tous les peu courageux opposants se sont enfuis, terrorisés, pour laisser le champ libre à un troupeau de vieilles rombières pro abolitionniste. Sur 577 députés, seulement 87 votants et 76 exprimés pour finalement 64 voix, soit à peine plus de 10% de l’assemblée. C’est une belle démonstration de la démocratie à la française. Un taux si haut d’abstention devrait invalider une telle loi.

 

Même une saisie du conseil constitutionnelle par au minimum 60 sénateurs n’y changera rien, désormais, le client sera passible d’une amende de 1500€ et 3750€ avec inscription au casier judiciaire en cas de récidive). Dorénavant, la loi sur le racolage est supprimée, donc les prostituées seront autorisées d’exercer, mais pas leurs clients de consommer. Cette loi est illogique, comment peut-on autorisé la vente de quelque chose mais pas son achat ?

 

220px-Maud

Tout cela est bien sûr parti de féministes extrémistes de premier ordre comme Mme Maud Olivier.

 

Voici un historique très simple de ce genre de personne : elles étaient toutes plus ou moins belles dans leur jeunesse, nées dans les années 50-60, elles ont bien profité de leurs physiques avenants à l’époque de la révolution sexuelle. Maintenant, avec leurs âges avancés, leurs peaux toutes ridées, leurs pouvoirs d’attraction sur les hommes disparus, délaissées par leurs maris, elles sont forcément devenues aigries et se sont mises à accumuler une haine incommensurable envers les personnes qui pensent différemment d’elles. Si elles ne peuvent pas avoir quelque chose, pourquoi les autres pourraient-ils l’avoir, ont-elles du se dire. Si moi, je ne peux pas vendre mon corps parce que personne n’en veut, pourquoi les autres le pourraient?

 

On peut être dépouillé de tout, mais il y a quelque chose que l’on ne peut pas nous enlever : notre propre corps. Et bien cela vient tout simplement d’être retiré aux Français, ils ne peuvent plus faire ce qu’ils veulent de leur propre corps. Les féministes de l’Etat ont mis un droit de regard sur le corps de toute la population française.

 

La célèbre devise de la République Française vient tout simplement de se faire émasculer du mot « Liberté ». Bienvenue aux Français dans un état policier où on interdit le sexe à sa population. Car c’est cela qui vient de se produire, tous ces puritains pourront continuer à faire l’amour à leur moitié, pendant que les autres, ceux qui vivent dans une misère sexuelle devront se contenter d’une branlette. Ont-ils pensé un seul instant à ces gens ? Déjà les handicapés n’y ont pas droit alors qu’en Suisse, il existe une formation pour devenir assistant sexuel. C’est tout de même incroyable une telle différence de mentalité entre ces deux pays, pourtant si proche. La pensée française est terriblement en retard, digne du Moyen Âge. A quand l’interdiction du porno, de l’onanisme ? Est-ce la prochaine étape ?

 

Bien sûr, il y aura toujours moyen de contourner cette loi, les riches arriveront toujours à trouver une escorte. Les plus pauvres par contre seront évidemment en difficulté avec probablement la mort de la prostitution de rue. Tout cela se fera en cachette, cela forcera les clients à prendre plus de risques et mettre leurs vies en danger. Dire que si ces députés réfléchissaient un minimum, cette activité pourrait être réglementée et pourrait même rapporter de l’argent à l’état. C’est en mettant des règles que l’on peut vaincre les proxénètes, pas en interdisant. En pénalisant les clients, ils stigmatisent une grande partie de la population, les mettant à l’écart et c’est l’intolérance qui prime.

 

J’espère sincèrement que cette intolérance ne dépassera pas nos frontières et que les Français se rendront compte de leur erreur et feront marche arrière dans quelques années. Voilà, profitez bien la vie et surtout n’empêchez pas les autres de vivre comme ils ont en envie.

 

Comments